A Somone, le ministre A.Diouf Sarr plaide pour un système de santé accessible 

Une dépêche de l’APS annonce que le ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a plaidé vendredi à Somone pour la mise en place d’un système de santé résilient qui favorise une accessibilité géographique et financière.
‘’Ma conviction est que toutes les parties prenantes doivent travailler à la mise en place d’un système de santé résilient, qui parvient à assurer une équité dans la fourniture de services de soins aux communautés’’, a notamment dit M. Sarr.
Il présidait la cérémonie d’ouverture officielle des cinquièmes rencontres urologiques de Dakar (URODAK).
‘’L’organisation de la deuxième journée de l’infirmier en urologie, partie intégrante du programme de URODAK, constitue une parfaite illustration de la volonté de l’Etat du Sénégal de mettre à la disposition des compétences avérées à tous les niveaux de prise en charge sanitaire’’, a encore dit Diouf Sarr.
S’y ajoutent, selon lui, les mesures incitatives prises par le président Macky Sall, pour permettre de disposer de plus de spécialistes dans le pays, avec notamment le doublement de la bourse de spécialisation qui passe de 150 000 francs CFA a 300 000 francs CFA.
‘’Le plus essentiel, c’est aussi et surtout la ressource humaine spécialisée, d’autant plus que le Sénégal était dans une voie très difficile en matière de prise en charge. Parce que les spécialistes étaient extrêmement rares au Sénégal’’, a relevé M. Sarr.
Les 5èmes Rencontres Urologiques de Dakar organisées par l’Institut de Formation et de Recherche en Urologie & Santé Familiale (IFRU-SF) en partenariat avec le bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), réunissent des experts nationaux et internationaux sous les thèmes de la fistule obstétricale et des nouvelles techniques de prise en charge des Cancers.
L’édition de cette année constitue un plaidoyer pour considérer la réparation des fistules obstétricales et les techniques de pointe de traitements des cancers comme des problématiques de santé publique. L’objectif est de favoriser davantage l’engagement des Etats pour l’éradication de ces deux fléaux.

Laisser un commentaire