Environnement : le développement des initiatives locales au Sénégal

Ausenegal.com. – À l’heure où le monde entier est en émoi par rapport à la situation environnementale de notre planète et que des voix, de plus en plus jeunes, se lèvent pour lancer l’alerte, l’Afrique et particulièrement le Sénégal joue sa partition dans la protection de l’environnement, à travers de nombreuses initiatives, même si la plupart sont privées.

Depuis quelques années maintenant, une conscience collective autour des questions environnementales semblent avoir vu le jour au Sénégal. Plusieurs organisations, groupement de jeunes, associations scolaires, d’entreprises ou de quartiers, ONG, plateformes citoyennes semblent avoir fait de la protection de l’environnement le fer de lance de leur combat.
Rien que dans les quartiers de Dakar, plusieurs associations et ASC organisent de manière récurrente de grandes opérations de Set Sétal, des événements qui rassemblent les habitants d’un même quartier autour de séances de nettoiement des rues et espaces communs, parfois renforcées par des opérations de reboisement, etc.
Ces événements sont souvent partagés sur des plateformes web comme les réseaux sociaux pour renforcer leur portée ou leur impact et même susciter des actions concrètes. C’est par exemple ce qu’ont réussi les habitants de la baie de Hann qui, en partageant régulièrement les actions de nettoyage réalisées par eux-mêmes dans leur quartiers, ont réussi a ressusciter un projet qui semblait abandonné par les autorités, la réhabilitation de la baie de Hann.
Associations et même sociétés privées s’investissent

Mais les Set Setal de quartiers, s’ils représentent les actions les plus populaires, ne sont pas les seules. De nombreuses autres opérations sont menées à travers le pays par les organismes privés qui ont à cœur de protéger notre environnement.
C’est le cas par exemple de Nébéday, de plus en plus reconnue pour son engagement. L’association a en effet à son compte, de nombreuses actions aux retombées plus que salvatrices pour la nature et qui vont de la mise en place de filières de valorisation des ressources naturelles avec des femmes notamment (poudre de feuilles de moringa, fruits du baobab, fleurs d’hibiscus, miel…), en passant par le développement de « système forestier » alliant activités de maraîchage et arboriculture, la fabrication et la diffusion de foyers améliorés à base d’argile, la fabrication et la diffusion de bio-charbon à base de paille, la protection et valorisation d’aires protégée ou encore la mise en place de campagnes d’éducation environnementale dans les écoles ou de reboisement impliquant les populations locales. Cette année l’association a atteint un objectif de 600 000 arbres plantés.

Au-delà des associations et autres organisations à but non lucratif, de nombreuses entreprises et PME s’impliquent de plus en plus dans la protection de l’environnement. C’est le cas par exemple de Rufsac, une entreprise de fabrication de sac en papier 100 % biodégradable. De Kirène qui appuie des opérations de nettoiement. De Ciprovis qui favorise le tri et le recyclage des ordures ménagères. Ou encore de SetTic, une éco-société (comme ils se définissent) qui prend en charge les déchets électroniques tels que les ordinateurs, les téléphones mobiles, les serveurs, équipements réseau & télécommunication etc. mais aussi les « déchets spéciaux » tels que les piles, les cartouches d’impressions etc.
La protection de l’environnement semble donc devenir de plus en plus au Sénégal une préoccupation majeure.

 Ausénegal.com:Marième Kane


Laisser un commentaire