La déperdition scolaire, thème d’une levée des couleurs du lycée de Ngaparou

Les élèves de Seconde du lycée Lena-Diop de Ngaparou/Somone ont rédigé pour le blog un rapportcocernant la déperdition scolaire, sur la base d’une dissertation qui a fait l’objet d’une levée des couleurs du lundi fin avril.

La déperdition scolaire veut dire la perte progressive des élèves par les écoles au cours de leur cycle scolaire. Cette perte regroupe l’ensemble des exclusions décidées par le conseil des professeurs, l’abandon décidé par l’élève lui-même et/ ou ses parents. Selon le rapport national sur la situation de l’éducation (R.N.S.E) de 2016 il y avait 18.4% de taux d’abandon dans le moyen et 9.8% dans le secondaire. Ainsi, ce phénomène qui perdure suscite en nous la recherche de ses causes ainsi que de ses conséquences et enfin proposez des solutions pour remédier à ce phénomène.

A/causes
Les causes de la déperdition scolaires représentent l’ensemble des phénomènes observables extérieurs à l’institution scolaire qui influencent négativement la progression normale de l’élève à l’école.
L’une des causes principales est d’ordre économique. En effet la scolarisation d’un élève nécessite un investissement financier considérable pour l’établissement. En plus de cette scolarité, viennent se greffer l’achat de fournitures scolaires, le transport, la tenue scolaire. Or dans la plupart des cas, la situation économique de la majeure partie des parents d’élèves ne leur permet pas d’honorer chaque année ces dépenses.
On peut également noter les injustices faites à l’égard des filles qui constituent les vraies victimes de survivances de la tradition. Les traditions ancestrales placent la jeune fille en situation d’infériorité par rapport au garçon et limitent sa disponibilité pour la poursuite de leur cursus scolaire. A cela s’ajoutent les parents qui disent que la femme a déjà une emprise sur son mari au foyer. Donc lui permettre de poursuivre de longues études, c’est de lui donner la clé d’une entière domination sur son époux. D’autres poussent leur fille à l’abandon pour des mariages précoces dans le but de préserver l’honneur de la famille et des valeurs religieuses.
De plus, la mauvaise compagnie d’où découlent les mauvais conseils, les mauvais exemples, les mauvaises conduites peuvent amener l’élève à écoper des sanctions d’exclusions temporaires ou définitives de l’école. Puis la peur de rater l’âge de la maternité, le manque de maturité devant les saturations des salles de classes et les efforts mal récompensés peuvent pousser cette dernière à l’abandon.

B/Conséquences
De prime abord, les conséquences immédiates des abandons sont le chômage des jeunes diplômés ou non.
Sortis prématurément de l’école avec ou sans diplômes, ces jeunes ne sont pas assez compétitifs sur le marché de l’emploi, celui-ci étant d’ailleurs déjà sature. La demande dépasse de loin l’offre. Et la conséquence qui découle du chômage est alors le banditisme et la délinquance. Tous les moyens deviennent bons pour se faire de l’argent entraînant par conséquent le culte du gain facile de l’argent.
Sur un autre plan et pour la société entière, la déperdition engendre une baisse de ressources intellectuelles et surtout du niveau général de la population en matière d’instruction. L’analphabétisme associé à son tour du taux faible de scolarisation constitue un obstacle pour l’épanouissent intellectuel et également un handicap sérieux pour le développement du pays.

C/Solutions
Pour lutter contre ce phénomène en forte croissance, il faut octroyer aux enfants des familles pauvres des frais de scolarités. Cet acte ne suffit pas cependant à redonner goût pour l’école aux enfants. La responsabilité des parents et des professeurs est alors appelée pour cette motivation.
Mais encore, la sensibilisation des populations à encourager les jeunes surtout les filles par des exemples concrets de femmes épanouies, qui ont réussi dans la vie à cause de longues études. Il faudrait les faire savoir également que la fille ne perd rien en étant instruite et qu’au contraire, cela constitue un acquis car elle vivra mieux après ses études. Seul un travail de conscientisation portera des fruits avec le temps et pourra réduire les abandons des filles à cause d’une mentalité arriérée qui ne voit pas les bienfaits qu’offre l’école.

Conclusion
Bref la déperdition ronge actuellement le système éducatif. Elle constitue un gaspillage de matériel et de temps pour le système éducatif mais également une menace pour l’avenir des enfants et de la société. Il est essentiel d’y remédier plus vite afin d’assurer l’avenir de la communauté toute entière. C’est donc un appel que nous adressons à nos parents, nos professeurs ainsi que nos chers camarades élèves pour une réduction, voir une éradication de la déperdition scolaire.

Lycée Sérigne Mamadou Léna DIOP
Classe : 2nde S

Lycée Sérigne Mamadou Léna DIOP


Laisser un commentaire