La vie des étudiants au Sénégal: comment s’organisent les Somonois

La plupart des élèves sénégalais rêvent de poursuivre leurs études à l’université. Ibrahima, étudiant somonois, nous explique comment il s’organise avec ses collègues.

Le Sénégal compte six universités publiques, dont l’université Cheikh Anta Diop qui accueille le plus grand nombre d’étudiants. L’UCAD a un campus mais pas assez de place pour tous les étudiants. La codification du campus se fait par ordre de mérite. Ceux qui ont la chance de figurer sur la liste vont être logés sur le campus et bénéficieront des chambres. Le restaurant est accessible pour tous les étudiants de l’université.
Pour être boursier en première année universitaire, il faut avoir obtenu une moyenne de 10,5 lors au baccalauréat. La bourse permet aux étudiants de couvrir les dépenses quotidiennes.

Un cercle des élèves de Somone

Les étudiants qui n’ont pas de logement au niveau du campus se rassemblent au niveau d’une association. Ce rassemblement se fait par les étudiants ressortissant de la même localité; exemple le Cercle des Élèves et étudiants Ressortissant de Somone( CEERSO) dont Ousseynou Mbodji est le président.

Il nous explique comment fonctionne le CEERSO.

En ce qui concerne le CEERSO, chaque année, la mairie de Somone nous donne une subvention. Cette année le montant était de 8 millions CFA. C’est avec cet argent que nous payons nos trois appartements. L’un se trouve à Fann Hock et les deux autres à Médina. Le reste de l’argent est utlisé pour les 72h du festival, le ramadan, les cours de vacances et autres activités. Pour être membre, il faut préalable avoir été élève à Somone ou étudiant, et avoir des parents domiciliés à Somone (et tout cela avec des justificatifs). Il y a aussi des cautions et une carte de membre.

L’université virtuelle du Sénégal où je poursuis mes études en science économique et gestion n’a pas de campus ni de restaurant pour les étudiants. Chaque étudiant est équipé d’un ordinateur et une clé de connexion pour suivre les cours en ligne au niveau des ENO (Espace Numérique Ouvert) ou chez soi. En ce qui concerne les logements, l’Etat dégage toutes ses responsabilités.

Ibrahima, étudiant somonois


Laisser un commentaire