L’anniversaire de Khalifa Ababacar Sy vécu dans la ferveur à Somone

 Venus des quatre coins de la commune et des villes voisines, les fideles ont tous convergé sur la place publique de la commune qui  a refusé du monde dès les premières heures de l’après-midi  le week-end dernier pour assister à la cérémonie dédiée á la mémoire de Khalifa Ababacar Sy, le premier Khalif des Tidianes. Un participant, Adama Sadji, nous raconte avec ses convictions l’importance que revêt cet événement pour lui.

Depuis 2005 le Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty section  Somone  organise la cérémonie commémorative du rappel á Dieu du Saint Homme.

L’événement est désormais inscrit l’agenda culturel et religieux de la ville. Cette année encore le maire, l’imam ainsi que d’importantes autorités de la ville ont rehaussé de leur présence la cérémonie.

Divers aspects de la vie du Khalif ont été mis en exergue á travers une causerie. Mais l’attraction reste la merveilleuse prestation des enfants qui tout de blancs vêtus ont scandés chants et poèmes en son  l’honneur. L’édition de cette année est parrainé par Baye Medoune Guéye un grand érudit de l’Islam,  disciple et contemporain du khalif, âgé aujourd’hui de 100 ans.

 

Est-il encore besoin de présenter Khalifa Ababacar Sy au Sénégal ? Né de Sokhna Rokhaya Ndiaye  et d’El Hadji Malick Sy en 1885, Serigne Babacar Sy  est le premier khalif Général des Tidianes. Après avoir fait ses humanités à Saint-Louis du Sénégal  où il a appris le coran et la sounna, il devient le plus grand savant de sa génération. La présence physique de Serigne  Ababacar Sy était tellement rassurante que les générations successives qui ne l’ont pourtant pas connu en font leur model spirituel. C’est  qu’il incarne réellement ce modèle parfait, qu’il soit rêvé ou idéalisé dont on puise les valeurs les plus significatives pour le disciple de la Tidianya. Ce sont celles-là d’ailleurs que  Cheikh Al Khalifa choisira pour composer son célèbre panégyrique « Ahmad Maza yahou » où il vente les mérites de Cheikh Ahmed Tidiany, initiateur de la voie Tidiane.

Tout est équilibre et mesure dans l’attitude d’Al Khalifa: ses actes, ses paroles ainsi que l’image qu’il dégage. Sa posture est finalement le symbole de ce trait d’union entre le temporel et le spirituel sans aucun des deux ne déborde sur l’autre ni n’en phagocyte un seul pan.

Mais étrangement nous parlons de serigne Ababacar Sy comme d’un contemporain ;  son absence physique avec sa disparition il y a de cela  soixantedeux ans  ne fait qu’accentuer sa présence dans le cœur d’une jeunesse qui  s’identifie á lui. Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum, son fils , avait bien raison  de se demander si une telle figure qui durablement git dans les cœurs pouvait être parmi les absents. 

Le 25 mars 1957, Serigne Babacar Sy est rappelé à Dieu, à son domicile de Tivaouane, à l’âge de 72ans. De tous ceux qui ont visité son œuvre, le témoignage reste le même. «Serigne Babacar Sy était un fin lettré, un poète au talent rare, un spécialiste de la Tajwiid (bonne diction en lecture coranique) et un Tafsir (exégète) du Saint-Coran »

De son magistère, il a toujours défendu avec dévouement cinq choses : l’islam, la tarikha tidjane, les métiers, les «Dahiras» (associations regroupant les personnes de la même confrérie)  et la ziara (visite et recueillement auprès du Cheikh) de Tivaouane.

adama Sadji

 

 

  

 


Laisser un commentaire