Le président Macky Sall lance la bataille contre l’insalubrité publique

Collecte de sacs à ordures le 31 mai 2019 à Rufisque, près de Dakar. (LIONEL BONAVENTURE / AFP).

Le Monde. – Le premier samedi de chaque mois, les Sénégalais devront se munir de pelles et de pioches pour nettoyer leurs quartiers. Les autorités veulent stopper l’occupation anarchique de l’espace public.

Le président veut faire du Sénégal un endroit où il fait bon vivre et gommer l’image de saleté qui colle à la capitale sénégalaise. Il en avait fait la promesse à ses compatriotes le 2 avril 2019, au lendemain de sa réélection pour un second mandat à la tête du pays.

« Il y a urgence à mettre fin à l’encombrement urbain, à l’insalubrité, aux occupations illégales de l’espace public et aux constructions anarchiques », avait martelé le président sénégalais dans son discours d’investiture.

Ce samedi 4 janvier 2020, une pelle à la main, il a pris les devants pour lancer, depuis Dakar, l’opération de nettoiement « Sénégal propre » qui s’est déroulée dans les 14 régions du pays. La presse sénégalaise salue une « forte mobilisation citoyenne » de la population, excédée par les incivilités qui ont fait de leur capitale l’une des plus sales du monde.

A Dakar, la devanture de certaines maisons est un véritable dépotoir d’ordures. De même que certains marchés où les clients sont accueillis par l’odeur nauséabonde« Le Quotidien », journal sénégalais

Selon ce journal, la population, dans sa grande majorité, ne fait pas de la propreté publique une priorité. Un sentiment partagé sur les réseaux sociaux par certains Sénégalais, pas du tout convaincus par cette opération qualifiée parfois de saupoudrage.

« A quoi sert une journée de nettoiement mensuel s’il faut faire des dizaines de km pour trouver une poubelle ou des toilettes publiques. Arrêtons le saupoudrage médiatique et mettons les moyens d’un cadre de vie propre et hygiénique au Sénégal », écrit un internaute.

Un autre internaute, pas convaincu du tout, n’y voit qu’une opération de diversion. « Ni une journée de nettoiement, ni une surprenante posture zéro déchets n’ont jamais rendu un pays propre. C’est une vraie politique publique de salubrité qui le peut », plaide-t-il.

Le président compte sur un sursaut collectif

Mais la plupart des Sénégalais ont salué la bataille contre l’insalubrité lancée par le président Macky Sall, avec l’espoir que chacun comprenne enfin que l’espace public ne doit plus être « le réceptacle de toutes sortes d’ordures, que l’on peut salir en toute quiétude ».

La mairie de Dakar s’est en tout cas engagée à développer un vaste programme qui permette d’avoir une ville propre et assainie. Opérations de nettoyage, réhabilitation des places publiques, opérations de sensibilisation sur le tri sélectif dans les écoles, rien ne sera négligé pour que la capitale sénégalaise retrouve sa splendeur d’antan.

Le président Macky Sall compte sur un sursaut collectif, un changement de comportement de la part de ses compatriotes pour gagner cette bataille. Il a d’ores et déjà annoncé la création d’une future brigade spéciale, chargée du suivi de cette initiative. Elle sera dotée d’un budget et de moyens juridiques et matériels pour bien s’acquitter de sa mission.


Laisser un commentaire