Le Sénégal, un pays prometteur : Interview exclusive de Alioune Saar, Ministre du Tourisme

Laquotidienne.fr. – C’est durant le salon ILTM-Top Résa, qui vient de fermer ses portes vendredi dernier, que Mr Alioune Saar, Ministre du Tourisme du Sénégal, a reçu La Quotidienne pour faire le point du tourisme au Sénégal lors d’un entretien exclusif.

Comme il le déclare d’emblée, sa venue sur ce salon professionnel a pour but de maintenir et surtout développer les relations avec la France du point de vue touristique. La France est le premier pays contributeur pour le tourisme au Sénégal avec 47,5 % de part de marché.

Des liens profonds lient les deux pays, car il faut le rappeler, le Sénégal fut longtemps un département français qui élisait des députés à l’Assemblée Nationale. Le plus connu d’entre eux c’est évidemment le poète Léopold Sédar Senghor qui devint le premier Président de la République Sénégalaise et qui fut aussi le premier africain à être élu à l’Académie Française.
Mais au delà de ce tourisme actuel qui est de fait très fortement balnéaire, Alioune Sarr qui a été récemment nommé au poste de Ministre du Tourisme, souhaite promouvoir le Sénégal « comme une nouvelle destination » en développant plus largement les nombreuses possibilités d’un tourisme complémentaire du balnéaire.

Mise en avant de la culture et de l’histoire, avec le récent Musée des Civilisations Africaines à Dakar, l’île de Gorée avec son Mémorial et son Musée Historique, Saint-Louis et son architecture coloniale.
L’écotourisme est aussi un aspect à développer, avec le Delta du Saloum, le Parc National du Niokolo-Koba classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO ou le Parc National des oiseaux du Djoudj. Il y a aussi la Parc de La Langue de Barbarie (à l’embouchure du fleuve Sénégal).

Un autre axe de développement pour le Ministre, ce sont les grands événements culturels, le Festival de Jazz de Saint-Louis, le Festival de Kayes (Tambacounda), et ceux de Casamance entre autres. Tous ces festivals qui s’étalent tout au long de l’année peuvent être une belle opportunité de faire découvrir des aspects majeurs et plus authentiques du Sénégal.

De plus Alioune Sarr a confirmé que l’activité groupe, congrès et MICE est en plein développement et que c’est un aspect qui ne sera pas minimisé, bien au contraire.

Sont déjà programmés les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022 avec 4.000 participants et au moins 4.000 accompagnants, le Forum Mondial de l’Eau (15.000 participants) et le très important Forum Chine-Afrique.

Les grandes chaînes hôtelières ne s’y sont pas trompées. Hyatt et Moevenpick vont bientôt rejoindre Accor, Pullman et Radison qui sont déjà bien implantés sur Dakar. Le Club Med va investir 26 millions d’euros pour agrandir le Club Med de Cap Skirring en Casamance et travaille sur un projet d’un autre club de 800 chambres à Nianing.

L’élection du Sénégal comme membre du Conseil Exécutif de l’UNTWO, l’Organisation Mondiale du Tourisme, est pour le Ministre une réelle opportunité d’offrir au Sénégal une belle visibilité à même d’attirer de nouveaux investisseurs touristiques internationaux dont le pays a besoin.
Ainsi l’Allemagne, le Royaume Uni, l’Espagne et la France sont au programme du Ministre, sans oublier la Chine qui représente un beau potentiel.

Au niveau des liaisons aériennes France-Sénégal, Alioune Saar nous a confirmé l’arrivée fin octobre d’un deuxième Airbus A 330 Neo chez Air Sénégal.
La compagnie nationale sénégalaise va ainsi pouvoir assurer en plus de la rotation quotidienne Paris-Dakar, des liaisons régulières vers Marseille et Barcelone dès le mois de décembre. Puis viendront des liaisons vers Londres en début 2020 et à partir de juin 2020 des vols transatlantiques vers New York et Washington.
Un programme ambitieux pour cette jeune compagnie, mais il faudra bien que le Sénégal ouvre un peu plus largement son espace aérien s’il veut vraiment devenir une destination touristique d’importance.

Frédéric de Poligny/laquotidienne.fr

par Senegal Black Rainbow · 8 octobre 2019


Laisser un commentaire