Vu dans lepetitjournal.com: Les trésors du séné-français

Les trésors du séné-français

La langue française est riche par la diversité des peuples qui la parle. De l’Amérique du Nord à l’Asie en passant par l’Afrique, chaque peuple y apporte sa touche et son originalité. Une expression peut signifier une chose dans un pays et tout à fait autre chose ailleurs. Voici au Sénégal, des mots et des expressions quelque peu renversants si vous n’êtes pas habitués.

Bonbons : Au Sénégal on utilise bonbon pour dire biscuit. Le vrai bonbon est appelé « tangal » (du wolof, littéralement « douceur » ou « réchauffeur »).
Laisser : Un terme qui vient du wolofisme (langue wolof) voulant « arrêter ce que l’on fait ». Si on vous dit de « Baïl li nga def » qui signifie en gros « Arrête tes conneries » mais qui traduit mot à mot donne « Laisse ce que tu fais ».
Enceinter : En français-wolof, cela veut dire, mettre une fille enceinte hors mariage.
Être compliqué : Quelqu’un qui ne se prend pas la tête. Une femme est dite « non compliquée » quand on sous-entend qu’elle serait facile et de mœurs légères.
Cartoucher : Au Sénégal, ce verbe est utilisé pour dire tout simplement que l’on redouble une classe à l’université. Cartoucher à donné le nom cartouchard, c’est-à-dire celui qui redouble la classe
Quatre heure moins : Cela montre l’élasticité de l’heure au Sénégal. Le Sénégalais peut juste dire il est quatre heures moins, au lieu de dire : « il est quatre heure moins vingt ».
Descendre : Le sénégalais dit « je suis descendu » pour annoncer qu’il a terminé sa journée de travail.
Y’a pas de problème : Expression en général pour banaliser un véritable problème.
Les venants : Tout ce qui vient d’Europe, des États-Unis ou du Canada. Qu’il s’agisse de biens matériels ou des personnes..
Manger son argent : Quand un Sénégalais te demande si tu profites de la vie, il peut te demander « si tu manges ton argent ». On dit souvent de quelqu’un qui achète une nouvelle voiture ou de nouvelles paires de chaussures « qu’il mange son argent ».
Noceur : utilisé pour désigner quelqu’un qui a fait la fête, qui va au restaurant et sort souvent.
Fatiguement : Terme que l’on utilise pour dire de quelqu’un qu’il est fatigué. Autrement dit, quelqu’un qui tombe malade, pour donner une première explication dira « C’est du fatiguement, seulement, un peu de repos et… »
Farcer : Faire des plaisanteries souvent de mauvais goût, taquiner.
Omo : Pour designer la lessive. La marque Omo a remplacé le produit. C’est comme si, on nommait toutes les boissons Coca-cola.
Essencerie : Utilisé pour station service
Dibiterie : Lieu de restauration où l’on prépare du mouton grillé. Ce mot vient de débiter.
Bitik : Pour désigner une boutique.
Trop (prononcer « torop ») : Très, beaucoup. On peut le renforcer en ajouter « même » à la fin de la phrase : cette voiture est trop classe, même.
Durer : Être là depuis longtemps (J’ai duré dans ce travail).
Faire les bancs : Aller à l’école. Nous avons fait les bancs ensemble : nous avons fréquenté la même école.
Être en état : Être enceinte.
Long : Se dit pour désigner quelqu’un de grand par la taille (le contraire est court).
Le mois est creux : Se dit lorsque l’on a plus d’argent.

http://www.lepetitjournal.com/dakar/societe/culture-tradi…

 


Laisser un commentaire