Mariages d’enfants et forcés : le Sénégal présente le taux le plus élevé parmi les six pays étudiés

Le Sénégal est un mauvais élève en termes de politique contre les mariages forcés et les mariages précoces.

C’est ce qui sorti de l’étude réalisée par l’organisation Plan International, en partenariat avec FAWE et ONE Compain, publiée dans un rapport national portant sur les données de l’indice du Genre.
L’analyse de cette situation de l’équité et de l’égalité de genre présente bien des obstacles au Sénégal pour atteindre les ODD particulièrement l’objectif 5 relatif à l’égalité du genre. Le Sénégal doit relever d’importants défis concernant cet objectif malgré sa bonne performance en termes de représentation des femmes au parlement national avec 41.8%.

« Le pays a en effet enregistré le taux de mariages d’enfants, précoces et forcés le plus élevé du groupe des six pays d’études, avec 31% en 2015, de même que le pourcentage le plus élevé des femmes considérant comme justifié dans certaines circonstances le fait qu’un homme batte sa femme avec 49% des femmes en 2016», renseigne Lamine Boop directeur des programmes du plan international.

Cette étude a été faite sur six pays : la Colombie, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, le Salvador et le Sénégal.
Le but est d’atteindre les objectifs de développements durables (ODD) fixés en 2030, dans le cadre du Projet Equal Mesure 2030 (EM2030) qui contribue à rendre compte des progrès réalisés en faveur des filles et Femmes.
Pour ce qui est des recommandations, ça se fera sous plusieurs secteurs, au niveau du respect des droits de femmes et filles, dans le secteur de la santé à l’issue de la journée.

« En ce qui concerne les mariages précoces, les résultats ont fait ressortir un taux national qui gravite autour de 31%, et doit faire l’objet d’actions pour un redressement et de lutte contre les mariages précoces, les violences basées sur le genre. Il s’agit aussi de voir comment intervenir en milieu scolaire pour faire de sorte à ce que les violences basés sur le genre puisse régresser, et permettre surtout aux filles de continuer leurs études »

Venu représenter le ministre de la Femme, de la Famille et du Genre Ndèye Saly Diop Dieng, le Directeur de cabinet Ciré Lo a salué cet exercice de partage car selon lui « cela constitue des méthodes innovantes dans la prise en charge de ces différentes questions pour éviter les approches linéaires. Le ministre est disposé à les accompagner, dans la mise en œuvre des différentes interventions et du plan d’actions qui sortira des travaux de ce jour », promet-il.
pressafrik.com


Laisser un commentaire