Saint-louis: 210 familles chassées par la mer !

Fendu d’un côté, à terre à d’autres endroits, le mur de protection érigé sur la Langue de Barbarie depuis l’époque coloniale, a quasiment cédé, occasionnant des dégâts énormes au préjudice de familles relogés dans les écoles primaires.

Sélectionné pour vous : Grande avancée de la mer à la Langue de barbarie: L’alerte de l’édile de Saint Louis, Mansour Faye
L’assaut a sinistré 210 familles. A l’école de élémentaire de Santhiaba, 73 ménages sont relogés, avec parfois 5 familles ou plus par salle de classe. « Nous sommes entassés ici, dans les salles de classes et ce n’est pas évident », soutient une sinistrée. D’autres familles sont casées à l’école Cheikhou Touré de Guet Ndar.
Le démarrage des travaux du mur sont vivement réclamé. « L’entreprise en charge des travaux de construction de la digue de protection compte débuter incessamment », a assuré le maire Mansour Faye qui a rendu visite, samedi, aux sinistrés.
L’édile de Saint-Louis a annoncé l’urgence de trouver des solutions définitives à l’avancée de la mer. « Les concessions sont jusqu’au niveau du mur de protection, il faudra dégager une bande d’une quinzaine de mètres de large sur toute la Langue de Barbarie », a-t-il ajouté, concédant qu’il n’existe aucune solution immédiate face à l’avancée de la mer.

Avec L’Observateur. Mouhamed CAMARA


Laisser un commentaire