Samedi 05 Novembre : Les fâcheuses déclarations du Président Sénégalais

LE POPULAIRE :: PROPOS DU CHEF DE L’ETAT SUR LE PAYS MARCHE, ACCÉLÈRE ET VA DÉCOLLE

*Les Sénégalais s’interrogent sur le pays où vit Macky Sall

Populations et syndicalistes tempêtent contre le Président

  • Des Sénégalais se défoulent sur le Président Sall
  • Cheikh Diop (Cnts/Fc), Mballo Dia Thiam (Sutsas), Abdou Faty (Sels) et Sidya Ndiaye (Fgts) perplexes

<<Le pays marche, accélère et va décoller>>. Tels ont été les propos tenus par le chef de l’Etat, Macky Sall, à l’occasion de l’inauguration de la centrale solaire de Malicounda, avant-hier. Une sortie qui nous a amenée à interpeller la population pour savoir si elle cette vision du président de la République concernant la situation du pays.

Pour Macky Sall, son Sénégal à lui est un pays où tout marche comme sur des roulettes. <<Un pays qui marche, accélère et va décoller>>. Des propos que le chef de l’Etat a tenus en faisant état des avancées dans la situation économique du pays, mais surtout du bien-être des Sénégalais. Sauf que, pour la quasi-totalité des personnes que nous avons interpellées sur cette sortie du président de la République, le Sénégal qu’il peint et bien loin de celui dans lequel il vient. Eux décrivent une vie de galère où ils peinent à joindre les deux bouts et même à manger à leur faim.

<<De tels propos concernant la situation de notre pays venant du président de la République, c’est vraiment incroyable. J’en déduis que cela veut dire tout simplement que c’est foutu pour nous. Parce que tout simplement Macky Sall ne voit que du feu. C’est triste de le dire, mais notre Président est chimérique, il est dans les nuages. Il vient de nous prouver encore une fois de plus qu’il ne comprend absolument rien de ce qu’endurent au quotidien la plupart des Sénégalais>>.

L’OBSERVATEUR :: ENSEIGNEMENT : MULTIPLICATION DES CLASSES DE FORTUNE

LE MAL DE L’ECOLE DE SENEGALAISE

  • 567 abris provisoires à Ziguinchor, 530 à Thiès, 441 à Tamba, 137 à Kaffrine…

L’adjectif qui les qualifie remplit de moins en moins sa fonction. Les abris dits <<provisoires>> tendent  à être permanents sur l’ensemble du territoire national. Le Sénégal en compte <<6000>>, selon un responsable du ministère de l’Education nationale. En août dernier, le directeur des constructions et des Equipements scolaires du ministère de l’Education nationale, Daouda Ndiaye, annonçait à Mékhé lors de l’inauguration d’une école primaire, <<un projet de 73 milliards de FCfa>> à l’horizon 2019 pour mettre fin aux abris privisoires. Une volonté affichée par le gouvernement du Sénégal. Trois mois plus tard, on est toujours dans une phase de <<réévaluation>>. Joint au téléphone par <<L’Obs>>, M. Ndiaye a décliné la demande d’entretien. Si certaines entreprises, dans le cadre de leur politique de responsabilité sociétale (Rse), construisent quelques infrastructures scolaires (14 salles de classes à Sédhiou par le Conseil sénégalais des chargeurs – Cosec), les abris provisoires existent toujours dans certaines parties deu pays. Utilisés à l’origine comme solution d’urgence, ces <<tentes>>, <<huttes>> ou autre <<enclos>>, installés à la place de salles de classe, accueillent des milliers d’élèves dans de difficile conditions d’études. En Casamance, ces derniers sont obligés d’arrêter les cours avant tout le monde et de reprendre bien après l’ouverture des classes, en raison de la saison des pluies. Il arrive que les classes prennent feu, comme en fin mars 2013 au lycée de Médina Wandifa (région Sédhiou) ou encore au Cem de la communauté rurale de Badion (à Médina Yoro Fouta).

Comme les écoliers, les enseignants témoignent des difficultés qu’ils éprouvent à dispenser des cours dans les abris provisoires. Les élèves ont du mal à se concentrer, car ils voient et entendent ce qui se passe autour de la salle. Les conditions climatiques influent sur les enseigneements quand il fait trop chaud ou trop froid. A lire le mini-dossier consacré à ce sujet, on se demande comment les 40% du budget accordé à l’Education sont utilisés.

Moi, Adama Lô : Ma question est avec tout cela, comment Macky Sall, peut prétendre que <<Le pays marche, accélère et est sur le point de décoller>>?

***********************Merci et bon weekend à tous et toutes*******************