Sénégal: lancement du Dialogue national réunissant politiques et société civile

RFI. – Au Sénégal, les travaux du comité de pilotage du Dialogue national ont commencé mardi 14 janvier. Annoncé en mai 2019 par le président Macky Sall après sa réélection, ce dialogue réunit plus d’une centaine de participants, politiques et de la société civile.

La mise en place de ce Dialogue national a pris du temps. Le président du comité de pilotage le reconnaît, mais les choses sérieuses commencent pour Famara Ibrahima Sagna. « Le temps des réglages, des atermoiements, est maintenant derrière nous. Voici donc venu le temps de commencer un travail à la fois considérable pour son étendue et inédit par son importance, son objectif de transcender tous les clivages et les blocs. »

Concernant les questions politiques comme le calendrier électoral ou le système de parrainage, une commission dédiée existe déjà. Mais pour Nicole Gakou, de la majorité, il n’y a pas de conflit d’intérêts : « La Commission politique a fait jusqu’à présent un excellent travail qui sera intégré dans ce que nous sommes en train de faire. C’est cela, le dialogue national. »

Mais ces discussions débutent avec de grands absents.

L’opposition d’Ousmane Sonko, Idrissa Seck et Parti démocratique sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade ne sont notamment pas présents. À l’inverse, Babacar Gaye, ancien porte-parole du PDS, tenait à être présent : « Le PDS est un parti autonome pour régler certaines questions d’ordre politique et en l’occurrence le code électoral, le fichier électoral. Nous, qui sommes un courant de pensée à l’intérieur du Parti démocratique sénégalais, nous avons estimé devoir être présents ».

Pour plusieurs participants, les questions politiques ne doivent pas monopoliser les débats. D’autres thématiques devraient être abordées comme la gestion des ressources pétrolières et gazières, l’emploi ou encore la paix et la sécurité. Pour le militant écologiste Haïdar el Ali, il est important de discuter de la gestion de la manne pétrolière sénégalaise : « S’entendre, pour développer notre pays et gérer nos ressources naturelles. C’est l’objet de ma présence ici ».

Les travaux ont commencé par la constitution des différentes commissions. Le comité de pilotage a 90 jours pour rendre ses conclusions.


Laisser un commentaire