Un nouveau poème d’Hasseynatou en forme d’appel

Comme promis, nous ouvrons ce blog aux élèves qui souhaitent s’exprimer sur diverses formes. Aujourd’hui, HASSEYNATOU, élève du lycée de Somone/Ngaparou, nous offre un nouveau poème qui est aussi un plaidoyer pour le réveil de l’Afrique.

La levée des couleurs

 

 » POURQUOI ?

POURQUOI PAS LA REUSSITE ?

POURQUOI PAS LA SANTE LA JOIE ?

POURQUOI PAS L AMOUR ?

POURQUOI PAS LES ENFANTS ?

POURQUOI PAS DES MAISONS? DES VOITURES ?

POURQUOI LA PAUVRETE ?

POURQUOI LA SOUFFRANCE ?

POURQUOI CETTE MISERE ?

POURQUOI NE PAS S UNIR ?

POURQUOI TANT DE MAUX ?

POURQUOI TANT DE PROBLEMES ?

POURQUOI TOUT SE PASSE ICI ?

POURQUOI TOUJOURS L AFRIQUE ?

POURQUOI ATTENDRE LES RESTES ?

POUQUOI PAS INNOVER, CREER , INVENTER ?

POURQUOI L AMERIQUE ?

POURQUOI L EUROPE ?

POURQUOI L ASIE ?

ET NON L AFRIQUE ?

JEUNES LEVEZ VOUS ET DITES NON.

NON AU SOUS DEVELOPPEMENT

MAIS OUI POUR AGIR POUR LE DEVELOPPEMENT

DE NOTRE PAYS… « 

 

HASSEYNATOU BARRY, ELEVE DE TERMINALE LB

LYCEE DIOP DE NGAPAROU/SOMONE


Laisser un commentaire

1 comment

  1. Abdourahmane DRAME avril 30, 2018 11:26   Répondre

    Bonjour je vous propose mon poème

    Le désespoir 

    Etudiant, ô étudiant !
    Te voilà aujourd’hui loin de ta famille.
    Toi qui avais hâte de faire des études supérieures,
    Toi qui avais hâte de boucler le cycle secondaire.
    Toi qui avais hâte de découvrir la vie estudiantine.
    Te voilà aujourd’hui entre le désespoir et l’atrocité.
    Te voilà aujourd’hui courir derrière une bourse minable,
    Qui ne couvre même pas la moitié de tes dépenses.
    Tes parents se réjouissent de ton grade de bachelier,
    Ils sont ravis de dire que : « sama dôme, étudiant la ».

    Tu travailles jour et nuit pour avoir des diplômes.
    Parfois il te manque des tickets de restaurant.
    Tu utilises l’eau à la place de la nourriture.
    Et quand on te pose la question est-ce que tout va bien ?
    Tu réponds en disant tout va parfaitement bien,
    Alors que le désespoir brille sur ton front.
    Des années passent, tu obtiens des diplômes.
    Et quand vient l’heure de chercher un emploi,
    Tu frappes à n’importe quelle porte.
    Et on te dit : le personnel, est suffisant.

    Etudiant, ô étudiant !
    Te voilà maintenant devant une grosse équation.
    Tu te retrouves désormais sans travail, tes parents te demandent de te marier.
    Te voilà maintenant sur les rues en train de ramasser les ordures.
    Et tu te demandes : à quoi bon mes diplômes ?
    A quoi bon ces années de sacrifice et de misère ?
    Ô toi qui prétends devenir étudiant, souviens-toi que l’université n’est pas toujours la seule porte de la réussite.
    Donc vas-y avec prudence.

    Abdourahmane DRAME, Etudiant à l’UGB de Saint-Louis, 3 décembre 2017