Vendredi 04 Novembre : DES MAGOUILLEURS AU PORT DE DAKAR

L’OBSERVATEUR :: NOUVEAUX  TARIFS DE MANUTENTION DE CONTENEURS

* Port de Dakar, au quai des grands bandits

  • Des armateurs étrangers imposent leurs propres prix aux opérateurs économiques sénégalais
  • Saisis par le directeur du commerce intérieur, ils déchirent la note de l’autorité
  • La Côte d’Ivoire, le Togo et le Ghana refusent la forfaiture
  • La direction du Pad incapable d’intervenir dans l’affaire

Comme dans un <<No man’s land>>, une bande d’armateurs a imposé au Port de Dakar ses propres prix, foulant aux pieds les lois et règlements du pays, au grand dam des opérateurs économiques sénégalais. Interpellés par la Direction du Commerce intérieur, via une lettre circulaire aux allures d’un rappel à l’ordre, ces armateurs ont tout simplement déchiré la note.

Décryptage d’une sale affaire de gros sous !

C’est du jamais vu ! Au Port de Dakar, porte maritime du pays, se joue, sous le psychédélique Blues du business-man, le bal de fin de vie des hommes d’affaires sénégalais. Une sorte d’association de malfaiteurs, qui y a pignon sur…quai, se paie la bourse des opérateurs économiques, sans aucun scrupule et aux antipodes des lois et règlements du pays. D’autorité, les armateurs Maersk Lines, Msc, Messina Lines, Cma-Cgm, lignes, représentés par la Socopao et Delmas, ont créé de nouveaux tarifs de manutention de conteneurs. Ces armateurs qui se croient en territoire conquis, tiennent leur business, sous le nez et à la barbe des autorités. …

2 LE TEMOIN :  OUSMANE TANOR DIENG, Sg du Parti socialiste

* De la roche Tarpéienne…. au Capitole!

Si longue que puisse être la nuit, le jour finit toujours par se lever. Ouolof Ndiaye, dans sa sagesse légendaire, fait chorus en enseignant que, en s’armant de patience au bord d’un puits, on finit toujours par voir quelqu’un disposant d’un seau au bout d’une corde. Il n’y a plus alors qu’à puiser l’eau bienfaisante. On pourrait aussi citer la morale de la fable de la Fontaine: <<Le lion et le rat>>selon laquelle <<patience et longueur de temps font plus que force ni que rage>>. Tout cela pour dire quoi ? Que dans l’adversité et par vents contraires, il faut plier et ne jamais rompre. Il faut faire le dos rond en se disant qu’après la pluie viendra forcément le beau temps.Qu’il ne faut surtout pas désespérer de la vie et renier ses convictions dès que le vent de la fortune tourne ! Autant de choses qu’a comprises Ousmane Tanor Dieng qui, en quelques jours au cours de l’année 2000, est passé du Capitole à la Roche Tarpéienne, cette crête rocheuse située non loin du premier endroit et d’où les condamnés à mort étaient précipités, des cimes du pouvoir aux abysses de l’opposition, des splendeurs du règne des socialistes à la misère et au pain noir de la traversée du désert. Après 40 ANS de règne sans partage, le Parti Socialiste perdait le pouvoir et voyait le sol se dérober sous ses pieds. Par milliers, les rats ont alors quitté le navire qui dérivait vers les écueils.

*****************BONNE JOURNEE ET MERCI A CHERS LECTEURS***********