Violences faites aux femmes : l’application App-Elles lancée au Sénégal

L’invention de Diariata N’Diaye permet aux victimes d’agressions sexuelles d’appeler à l’aide rapidement et discrètement.« Doyna ! », « Doyna ! » Sur la place de la Nation, à Dakar, retentit ce terme qui, en wolof, signifie « stop ».

Début juin, des centaines de Sénégalaises réunies au cœur de la capitale scandent cette injonction d’en finir avec les féminicides et les violences faites aux femmes. En mai, le meurtre de Bineta Camara, 23 ans, étranglée dans la maison familiale par un ami de son père après s’être refusée à lui, a été celui de trop. Depuis, les manifestantes exigent la criminalisation du viol et des peines plus lourdes pour les agressions, le harcèlement sexuel et les mariages forcés.

Ce désir de justice renvoie Diariata N’Diaye à sa propre histoire. L’entrepreneuse française d’origine sénégalaise se souvient qu’en vacances au pays alors qu’elle avait 15 ans, on avait tenté de la marier de force. Aujourd’hui, à 34 ans, cette militante vosgienne est de retour au Sénégal pour y lancer son application, App-Elles, conçue en 2015 afin de porter assistance aux victimes de violences et à leurs proches

. « L’idée est de centraliser plusieurs fonctionnalités afin de répondre à une situation de détresse, explique-t-elle. On n’a pas toujours la possibilité ou le temps d’appeler la police quand on est agressé. »

Un bracelet relié par Bluetooth
Presser quatre fois la touche de démarrage de son téléphone ou débrancher ses écouteurs suffit à déclencher le système d’urgence. Un bracelet relié par Bluetooth peut aussi servir de déclencheur discret : il suffit d’appuyer quatre secondes dessus pour que l’application enregistre l’ambiance sonore et la géolocalisation du téléphone, puis les envoie à trois contacts de confiance qui pourront suivre le téléphone, parler à la victime, voire joindre les secours

. « App-Elles n’est pas pensée pour arrêter les violences mais pour permettre aux victimes d’appeler à l’aide rapidement et discrètement », affirme sa créatrice.

Le logiciel offre aussi une interface informative complète répertoriant les structures d’aide aux victimes les plus proches : soins médicaux, hébergement d’urgence, associations spécialisées, accompagnement psychologique et juridique…

« Il est important d’avoir un outil concret d’aide à des victimes bien souvent trop seules, avance Diariata N’Diaye. Notre but est de centraliser et de faciliter leurs démarches. Cela permet aussi de mettre en lumière les nombreuses associations qui travaillent contre les violences. »

Quelque 2 500 structures sont aujourd’hui répertoriées par l’application à travers le monde, ainsi que des centres d’appel d’urgence dans huit pays parmi lesquels la France, l’Algérie et, tout récemment, le Sénégal.

« Le défi en Afrique de l’Ouest est qu’il faut un smartphone et une bonne couverture réseau », précise la jeune femme, ce qui est parfois difficile hors des grands axes du pays et cantonne pour l’instant cet outil aux centres urbains. D’autant que les structures d’aide aux victimes possédant les compétences pour une prise en charge sont rares, elles aussi. Depuis son lancement au Sénégal, cet été, l’application n’en recense que trois et toutes se situent dans la capitale.

Pas de collecte des données personnelles
Mais hormis le défi technique, App-Elles, qui parie sur la sensibilisation, arrive en pleine prise de conscience à Dakar.

« La population sénégalaise est aujourd’hui en attente d’engagements politiques forts sur la question du droit des femmes et de la lutte contre les violences. Ce n’est pas que la situation des femmes soit plus horrible qu’en Europe, mais il y a aujourd’hui une véritable demande de solutions »

estime Diariata N’Diaye, qui espère pouvoir porter la sienne jusqu’aux oreilles du gouvernement. Elle est déjà en discussion avec la ville de Dakar et le ministère de la femme, de la famille et du genre afin d’obtenir leur soutien.

En attendant, App-Elles peut se targuer de belles réussites internationales. Disponible gratuitement sur les plateformes iOS et Android, elle a été téléchargée plus de 10 000 fois en quatre ans et possède 2 500 utilisateurs actifs mensuels. L’application a été couronnée par plusieurs prix, dont celui d’innovation au Consumer Electronics Show de Las Vegas. Intégralement financée par du mécénat – avec notamment le ministère français de la justice et le Fonds pour le civisme en ligne de Facebook –, App-Elles se targue d’être un projet d’intérêt général sans but lucratif et promet « de ne pas collecter les données personnelles de [ses] utilisateurs ».

L’entrepreneuse aimerait que son invention élargisse la lutte contre les violences faites aux femmes en Europe et en Afrique, en commençant par le Sénégal. En décembre 2018, Ndèye Saly Diop Dieng, la ministre de la femme, affirmait que 68 % des Sénégalaises n’osaient pas parler des violences qu’elles subissaient.

« J’espère qu’App-Elles les y aidera », conclut Diariata N’Diaye.

Matteo Maillard (Dakar, correspondance)

 


Laisser un commentaire