Somone parmi les trois nouvelles aires marines communautaires protégées du Sénégal

SÉNÉGAL : le gouvernement crée trois nouvelles aires marines communautaires protégées©Salvador Aznar / Shutterstock
Afrik21. – Le Sénégal vient de créer trois nouvelles aires marines communautaires protégées. Cette mesure résulte d’un décret signé le 27 mai 2020 par le chef d’État sénégalais Macky Sall et rendu public le 16 juin 2020.

Par Inès Magoum – Publié le

 

Le Sénégal ajoute trois nouvelles adresses à sa cartographie d’aires marines communautaires protégées. Le décret portant création de trois autres aires marines communautaires protégées dans le pays a été rendu public le 16 juin 2020. Les textes ont été signés le 27 mai 2020 par le président de la République du Sénégal Macky Sall.

Les aires marines communautaires protégées ont été créées à Somone dans le département de Mbour, à Kaalolaal Blouf dans le département de Bignoma et à Gorée, une île située dans la baie de Dakar. Cette île regroupe en un point les communes de Gorée, de Dakar-Plateau, d’Hann/Bel-Air, Thiaroye sur Mer, de Mbao, et de Rufisque).

« C’est l’aboutissement d’un processus inclusif et participatif qui a vu la collaboration de plusieurs acteurs territoriaux », affirme Abdou Karim Sall, le ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable.

Le décret signé par le chef de l’État sénégalais,  porte également extension de l’aire marine communautaire protégée du Gandoule. Celle-ci se trouve dans la communauté rurale de Djirnda, dans les îles du Saloum au Sénégal.

Avec les nouvelles créations de Somone, de Kaalolaal Blouf et de Gorée, le pays compte désormais un total de 14 aires marines communautaires protégées.

Le rôle des aires marines communautaires protégées

Les nouvelles aires marines communautaires protégées du Sénégal contribueront au développement des initiatives communautaires afin d’assurer une gestion durable des pêcheries et des stocks de poissons. Elles serviront également à préserver et à conserver la biodiversité animale et végétale du pays.

Actuellement, la préservation de la ressource halieutique au Sénégal préoccupe les acteurs de la pêche. Les grands chalutiers investissent très souvent ces sanctuaires marins pour s’approvisionner à moindre frais, « avec la complicité des gardiens de ces espaces naturels ».

Les espaces de préservation des ressources halieutiques seront gérés par les communautés. « Il sera prochainement mis en place un comité de gestion, composé essentiellement par les communautés. Le gouvernement mobilisera aussi des fonds pour assurer la protection des aires marines communautaires protégées », Abdou Karim Sall, le ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable.

Inès Magoum


Laisser un commentaire