Macké Diedhiou nous raconte l’histoire du lycée de Ngaparou/Somone

Dans un message très chaleureux adressé à l’association Téranga de Cherbourg, notre ami enseignant Macké Diedhiou  nous invite à découvrir l’histoire du lycée local, qu’il a reconstituée avec son talent habituel dans son Master2 pour l’université de Mbour, en s’appuyant sur l’aventure solidaire de l’association ADES de Balla Niang.

« Bonjour chers amis, Il est vrai que je donne rarement de mes nouvelles mais je pense à vous tous. Je profite de cette occasion pour vous souhaiter mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année 2018. Santé de fer, longévité, argent et beaucoup de bonheur à partager comme vous le faites si bien depuis tant d’années avec les populations de Somone.

Veuillez recevoir, ci-dessous, mon cadeau à partager via le blog. »

Macké Diedhiou

La rédaction: Nous remercions Macké et nous invitons les anciens élèves du lycée à nous adresser leurs commentaires ou leurs souvenirs dans le champ prévu à cet effet en bas de cet article.

HISTORIQUE DU LYCEE SERIGNE MAMADOU LENA DIOP

Tout est parti d’un constat fait par un couple mixte franco-sénégalais, en l’occurrence Monsieur Mame Balla NIANG et son épouse Liliane DUVAL, qui venaient en vacances à la Somone et qui se désolaient du non respect de l’environnement et de la mauvaise gestion des ordures ménagères avec des dépôts sauvages tout le long de la route du côté de Canda (quartier de Somone). C’était en 1998. L’année suivante, les deux époux décidèrent de s’intéresser aux deux villages que sont Ngaparou et Somone pour connaître l’origine du mal et aider à trouver une solution pérenne. De leur visite du village de Ngaparou, ils font encore d’autres constats accablants : dépôts sauvages d’ordures au milieu du village, état de délabrement avancé de certaines salles de classes des écoles primaires, vétusté du dispensaire, manque de matériel et de médicaments.

En 2001, le couple achève leur maison à Somone (Canda) et se lance dans une réflexion pour trouver le meilleur moyen de venir en aide aux populations des villages de Ngaparou et de Somone. Ils décidèrent alors de créer une association en France dénommée A.D.E.S. (Association pour le Développement par l’Environnement au Sénégal) pour aider à venir à bout des différents maux constatés.

Rappelons qu’en ce moment, Somone et Ngaparou étaient des villages de la Communauté Rurale de Sindia avec chacun une école primaire de 12 classes et un effectif d’environ 750 élèves par école. La dotation de l’Etat était insuffisante pour ne pas dire insignifiante. Et ces écoles arrivaient à souffler un peu grâce à l’aide octroyée par les touristes de passage et les associations ou écoles françaises ou belges. Les Associations de Parents Elèves (APE) étaient très actives mais leurs moyens étaient aussi très limités et leurs actions pas à la hauteur des enjeux. D’après les informations fournies à l’époque,  90 % des élèves qui réussissaient à l’Entrée en 6e abandonnaient dans les deux années qui suivaient faute de moyens ou de tuteur à Nguékokh.

Nguékokh abritait le collège le plus proche et se trouve à une dizaine de kilomètres des deux villages. Pour le lycée et les autres collèges, il faut que l’enfant se rende à Mbour à une vingtaine de kilomètres avec tout ce que cela impliquait comme sacrifice pour des parents démunis en termes de transport, de repas et d’hébergement.

Pour les enfants, il n’existait aucun moyen collectif de ramassage de ceux qui doivent aller au collège ou au lycée. La gestion de la fatigue et des conditions d’accueil dans certaines familles, s’ils en trouvaient, n’étaient pas toujours chose aisée et participaient à hypothéquer leur  droit à l’éducation et à la formation donc leur avenir.

Tous ces facteurs avaient poussé l’ADES à lancer les pistes de réflexion suivantes :

  • Résoudre le problème du transport scolaire : recherche d’un minibus pour le ramassage scolaire pour réduire au maximum les frais de transport incombant aux familles et augmenter le nombre de bénéficiaires (ils n’étaient que 15 dans une initiative antérieure d’un instituteur de Ngaparou pour 5 000 F CFA par mois et par élèves) ; cette piste a été vite abandonnée. Elle n’était pas LA solution. Il fallait un collège public entre les deux villages.
  • Pour la construction : recherche de partenaires pour le financement ;
  • Pour le personnel enseignant : à voir avec le Ministère de l’Education Nationale du Sénégal ;
  • Aider à la réfection de classes à l’élémentaire : toitures, portes et fenêtres, sol, … ;
  • Doter de fournitures scolaires et de matériel sportif ;
  • Aider au montage d’un projet de coopérative scolaire.[1]

Pour concrétiser le projet de construction du collège, Madame Liliane DUVAL, Présidente de l’ADES adressa, depuis Paris, une correspondance en date du 28 octobre 2002 au Ministre de l’Education Nationale du Sénégal de l’époque, Monsieur Moustapha SOURANG où elle sollicita l’aval du ministre pour la réalisation d’un collège entre Ngaparou et Somone tout en promettant un partenariat actif de son association avec les parents d’élèves pour la construction et l’équipement des salles de classes.

La réponse du Ministre SOURANG en date du 17 janvier 2003 donnant son accord à l’ADES pour un tel projet marqua le début d’une série de concertations et de rencontres avec les partenaires et les différentes autorités de la localité et du département pour préparer une demande collective avec les APE sous la supervision de l’IDEN (Inspection Départemental de l’Education Nationale) de Mbour :

  • 22 mars 2003 : Rencontre des partenaires locaux pour la préparation du dossier de création du collège sous la coordination de Monsieur Mame Balla NIANG Secrétaire Général de l’ADES ;
  • 24 mars 2003 : Rencontre avec Monsieur Ousmane Lô, Président de la Communauté Rurale de Sindia ;
  • 26 mars 2003 : Rencontre avec Monsieur Bassirou MAR, Inspecteur Départemental de l’Education Nationale de Mbour.

Au sortir de toutes ces rencontres avec à la clé le soutien effectif des autorités du département, un comité de pilotage du collège dont la composition était la suivante  fut mis sur pied :

  • Monsieur Ousmane Lô : Président de la Communauté Rurale de Sindia,
  • Monsieur Mbaye SAGNE : Chef de village de Ngaparou,
  • Monsieur Mbaye Soda DIOUF : Chef de village de Somone,
  • Monsieur le Chef de village de Nguérigne,
  • Monsieur Mamadou MBENGUE : Conseiller rural du village de Ngaparou,
  • Monsieur Ousmane YADE : Conseiller rural du village de Somone,
  • Monsieur Le Conseiller rural de Nguérigne,
  • Monsieur Mame Balla NIANG : Secrétaire Général de l’ADES,
  • Monsieur Gorgui FAYE : Président de l’APE de Ngaparou,
  • Monsieur El Hadji Omar DIAGNE : Président de l’APE de Somone,
  • Monsieur Le Président de l’APE de Nguérigne,
  • Monsieur Mour Guèye SAMB : Directeur de l’école de Ngaparou,
  • Monsieur Abdourahmane NDIAYE : Directeur de l’école de Somone,
  • Monsieur Adama Samba LOM : Directeur de l’école de Nguérigne,
  • Monsieur El Hadji Boucar SADJI : Président de l’Alliance pour le Développement de Somone,
  • Monsieur Abdourahmane Lô : Représentant de l’association des jeunes de La Somone.

Ce comité avait pour objectifs :

  • de favoriser une large concertation entre les différents partenaires locaux et étrangers,
  • de formuler la demande de création d’un collège entre La Somone et Ngaparou,
  • de mobiliser la participation de toute la population pour la réalisation de ce collège.

Il était également l’interlocuteur des autorités compétentes (IDEN, Ministère de l’Education, …) pour toutes les questions afférentes au projet.[2]

L’ADES pour sa part s’était engagée à construire, avec les deux villages, 3 salles de classes pour le futur collège et à travailler étroitement avec les partenaires du Comité de pilotage au développement du collège.

Ainsi, le collège a pu ouvrir et démarrer ses cours en octobre 2003 (année scolaire 2003/2004) sous le nom de Collège Ngaparou/Somone avec 2 classes construites par l’Etat sénégalais et 2 cours (6e et 5e). L’effectif de départ était de 76 élèves (56 élèves en 6e et 20 élèves en 5e) avec comme personnel enseignant et administratif :

  • Un Principal, chef de l’établissement,
  • Trois professeurs :

. 01 professeur de Maths/SVT : Monsieur Omar COLY,

. 01 professeur de Langue Histoire/Géographie : Monsieur Ousseynou DIAGNE,

. 01 professeur de Langue Anglais : Monsieur Cheikh Tidiane GUEYE,

  • Un (01) surveillant : Monsieur Doudou FALL.

Le premier Principal du Collège Ngaparou/Somone est Monsieur Salif BANE. Monsieur BANE a quitté en 2009 pour être remplacé par Monsieur Mamadou COLY qui lui aussi a dû céder la place à un Proviseur en 2013 puisque entre temps le Collège est passé Lycée. Le premier Proviseur du lycée est Monsieur Yaba GUEYE qui y restera jusqu’à faire valoir ses droits à la retraite en juillet 2017. Il était accompagné dans sa tâche par Monsieur  Cheikh Ismaïla DEME premier censeur du nom du nouveau lycée.

Aujourd’hui, avec la communalisation, le lycée Ngaparou/Somone se trouve dans le périmètre territorial de Ngaparou et les autorités de la ville l’ont rebaptisé le 13 mai 2016 Lycée Serigne Mamadou Léna DIOP du nom d’un notable remarquable de Ngaparou, grand marabout et érudit de l’islam, disciple d’El Hadji Ibrahima NIASS « Baye ». Cet illustre fils du terroir a beaucoup œuvré pour le rayonnement de sa localité.

La première promotion (2003/2004) et les 3 premières classes en construction derrière

 

[1] Pistes de réflexion document ADES

[2] Document ADES


2 Comments

  1. Doudou fall janvier 4, 2018 2:37   Répondre

    Vu et sans commentaire.

  2. Saliou yade août 16, 2018 12:44   Répondre

    Merci beaucoup pour ce rappel .
    On est passé par ce collège ou on garde plein de souvenirs. Grâce à vous, on a pu aller jusqu’à l’ucad pour continuer nos études, et je peux dire que c’est grâce à vous. Merci

Laisser un commentaire